Attention : cet objet pourrait vous être fatal!

Chaque année, à la CNESST, nous recensons de nombreux accidents du travail où les victimes ont perdu la vie ou subi de graves lésions après avoir été « frappées par un objet ».

Il peut s’agir de petits objets, qui peuvent devenir de véritables projectiles, ou de gros objets, tels un mur de briques qui s’effondre, un arbre qui tombe au mauvais endroit ou des objets mal entreposés en hauteur qui se renversent. On ne parle donc pas ici d’un véhicule ou d’un appareil mobile, mais plutôt d’une structure ou encore d’une pièce de machinerie. Peu importe leur taille, les objets peuvent mettre la vie des travailleurs en danger.

En 2014, ce sont 8 653 travailleurs qui ont été frappés par un objet. Bien souvent, ce type d’accident s’explique par des méthodes de travail inadéquates, et par le fait que le danger n’avait pas été correctement évalué au préalable. À ce chapitre, tant l’employeur que le travailleur ont leur rôle à jouer!

Je me souviens d’ailleurs de cet accident, qui s’est produit au printemps 2014 dans la région de Québec. Un travailleur avait tenté de débloquer une machine qui était en marche. Il avait bel et bien réussi à libérer la pièce coincée, mais malheureusement… au prix de sa vie.

Que s’est-il passé?

Le jour de l’accident, le travailleur s’affairait à alimenter un déchiqueteur à bois. Après avoir pris connaissance d’un signal d’alarme provenant du déchiqueteur, il a tenté de retirer des pièces métalliques qui étaient coincées dans la trémie d’alimentation. Pour ce faire, il est monté dans une échelle mobile et a utilisé une tige de métal aimantée. Comme le déchiqueteur était toujours en marche, une pièce métallique a été projetée avec force par le rouleau de couteaux de la machine et est venue frapper le travailleur à la tête. L’homme est alors tombé au sol, 2,7 mètres plus bas. Il a ensuite été transporté à l’hôpital, mais il était trop tard…

De graves manquements aux règles de sécurité

Dans ce cas précis, plusieurs éléments ont conduit à ce tragique accident. Le fait que la machine était toujours en marche pendant que le travailleur tentait de la débloquer constitue une méthode de travail dangereuse. Il était ainsi exposé à un danger de projection de pièces.

De plus, la CNESST a constaté que les employés n’avaient pas reçu la formation adéquate pour accomplir les opérations de déblocage sur cette machine. Difficile dans ce cas de travailler en sécurité! On ne le répètera jamais assez : l’employeur a l’obligation d’identifier les dangers et de les éliminer, et de bien former ses travailleurs aux tâches qu’ils exécutent.

Afin d’éviter que d’autres travailleurs subissent des séquelles irréversibles ou perdent la vie, voici mes conseils :

  • Il est important d’identifier ce qui est en mouvement ou ce qui est susceptible de l’être dans notre environnement et de déterminer le danger qui y est lié pour pouvoir mettre en place les mesures de sécurité qui s’imposent;
  • Par exemple, dans le cas d’une machine, il faut toujours arrêter la machine avant d’effectuer des travaux d’entretien ou de maintenance. Et pour éliminer la possibilité d’un redémarrage pendant qu’un travailleur se situe dans la zone dangereuse, on doit cadenasser la machine;
  • Dans d’autres circonstances, les mesures à prendre pourraient être, selon la situation, de déterminer un périmètre de sécurité, de mettre en place des enceintes fermées, des gardes de protection, des équipements de protection individuelle, ou autres.

Parlez de santé et de sécurité avec votre entourage

Et vous, avez-vous été témoin d’un accident semblable dans votre milieu de travail? Qu’avez-vous fait pour apporter des correctifs ou pour éviter que ça se reproduise? Vos histoires m’intéressent! J’aimerais vous lire.

Enfin, rappelez-vous que la santé et la sécurité du travail, c’est le moment d’en parler. Non seulement avec vos collègues ou votre patron, mais aussi avec vos proches. Parce qu’autrement, les conséquences pourraient vous suivre toute votre vie. N’attendez pas d’en arriver là!