1
2
3
4
5
6
6

? Cliquez sur le chiffre qui figure sur la photo et trouvez la solution pour chaque danger identifié.

Vous avez obtenu assez de bonnes réponses. Vous pouvez participer au concours.

1 Neng soulève une boîte très lourde et volumineuse, ce qui lui demande bien des efforts.

La solution :

  • Ne pas soulever complètement la boîte mais conserver un point d’appui.
  • S’éloigner de la charge pour introduire un effet de levier.
  • Toutes ces réponses.

2 Le transpalette est près de la charge, mais Neng n’a pas beaucoup de marge de manœuvre, en plus de risquer de trébucher!

La solution :

  • Éloigner le transpalette de manière à ce qu’il ne soit pas directement derrière Neng et le placer dans un angle d’environ 90º.
  • Éloigner le transpalette de manière à ce qu’il ne soit pas directement derrière Neng et le placer dans un angle d’environ 45º.
  • Tourner le transpalette et le placer dans un angle d’environ 90º.

3 Neng récupère une boîte à la hauteur de son tronc, pour ensuite la déposer sur une palette beaucoup plus basse.

La solution :

  • Placer le transpalette à la bonne hauteur en soulevant les fourches.
  • Prendre solidement appui au sol et plier les genoux en tenant la charge près du corps.
  • Utiliser l’effet de gravité et laisser tomber la charge sur le transpalette.

4 La façon dont les boîtes sont placées sur le transpalette est loin d’être optimale…

La solution :

  • Placer les boîtes en une pile stable et uniforme.
  • Utiliser les courroies d’arrimage du transpalette pour immobiliser la pile lors du transport.
  • Placer les boîtes les plus lourdes sur le dessus de manière à ce que leur poids stabilise la pile.

5 Neng trouvera cela douloureux si une charge lui tombe sur les pieds!

La solution :

  • Porter des pantalons de sécurité.
  • Porter des chaussures de sécurité.
  • Toutes ces réponses.

6 L’allée est encombrée de différents débris.

La solution :

  • Dégager le sol de tout obstacle.
  • Bien entretenir les allées.
  • Toutes ces réponses.

Photo : Denis Bernier

Dans un centre de distribution de marchandises, la manipulation de boîtes fait partie du quotidien des travailleurs. Bien qu’on utilise un transpalette pour se faciliter la tâche, il faut tout de même transporter les boîtes du palettier au transpalette. Et malheureusement, les boîtes peuvent être lourdes et encombrantes. Pour illustrer nos propos, Neng a accepté de déroger à ses habituelles méthodes de travail.

Pouvez-vous trouver la bonne solution pour éliminer chacun des dangers identifiés?
Pour vous inscrire au concours, vous devez obtenir assez de bonnes réponses.

Commencer

Les corrections

La manutention

En manutention, on entend beaucoup le principe « dos droit, genoux pliés, base d’appui large, face à la charge, manutention sans se presser ». C’est bien, mais pour le manutentionnaire qui doit répéter ce mouvement de façon répétitive dans la journée, parfois avec des boîtes lourdes, cela peut devenir coûteux physiologiquement parlant. De plus, cette méthode n’est pas toujours adaptée à certaines conditions dans lesquelles se retrouvent les manutentionnaires : charge qui n’est pas au sol, volumineuse, etc. ; c’est pourquoi il faut envisager d’autres avenues. D’abord, le manutentionnaire ne soulève jamais complètement la charge lorsque c’est possible. Il conserve toujours un point d’appui. Pour ce faire, il place le transpalette à la bonne hauteur en soulevant les fourches. La fourche est plus ou moins à la hauteur de la taille, donc l’endroit de prise de la charge est un peu plus haut que le transpalette, et le travailleur bénéficie de l’effet de gravité. De plus, le transpalette ne se trouve pas derrière lui, mais plutôt dans un angle de 45 °. Ainsi, il a de la place pour bouger ses pieds et n’aura pas à effectuer une torsion du dos, qui est le facteur de risque par excellence en manutention. Sa colonne vertébrale restera bien alignée. Lorsque la nouvelle charge prendra appui sur les autres boîtes, qui sont placées dans une pile stable et uniforme, le travailleur pourra se replacer pour faire glisser la charge sur le dessus de la palette sans avoir à fournir un effort excessif. Une pile stable permet également une conduite plus sécuritaire du transpalette.


Bien entendu, le sol est dégagé de tout obstacle et les allées dans l’entrepôt sont bien entretenues. Ainsi, les travailleurs ne trébucheront pas et les caristes n’auront pas à franchir un parcours à obstacles. De plus, les fourches seront abaissées pendant le transport. Par ailleurs, dans un entrepôt, les chaussures de sécurité sont de mise. Le port du dossard est une mesure de sécurité additionnelle souhaitable.

Finalement, dans un autre contexte de travail, la manutention peut également se faire à deux travailleurs. Comme l’environnement de travail varie d’un milieu de travail à un autre, il faut prendre le temps d’analyser son contexte et de se servir des stratégies appropriées.

Nous remercions le Centre de distribution IKEA Ca inc. de Brossard ainsi que Francis Laverdière, conseiller en santé et sécurité, et Jocelyn Veilleux, responsable de la santé et de la sécurité. Nous remercions également notre figurant, Neng May.

Notre personne-ressource : Denys Denis, Ph. D. en ergonomie, chercheur à l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail

Coordination : Louise Girard, Direction générale de la prévention-inspection et du partenariat de la CSST


Pour en savoir plus

Loading...
Loading...